Dominique Prevel en disque, en cassette… Et au Printemps de Bourges, après le Bataclan

Il aime les mots qui délient la langue et l’imagination. Il en joue, en rit et s’y délecte. Il aime aussi la scène, le public et la musique. Depuis plusieurs années, il s’adonne à ses vices avec délices.

Après un Printemps de Bourges, il s’est produit en septembre, rue de la Paix, trois soirs. Le temps de se rendre compte qu’il s’était trouvé un public. De cette rencontre nacquit un disque 33 tours sorti il y a quelques semaines.

Entouré de quatre musiciens et complices – Christophe Gerboud, violon,   Dominique Monterrat, contrebasse, Didier Boyat, guitare, Pascal Rousset, piano et accordéon – Dominique Prevel signe une belle page de chanson française. Drôle, caustique, imaginatif, Dominique Prevel aime bien raconter des histoires, faire revivre des situations cocasses.

Vous saurez ainsi à quelle étrange débauche on se livrait « dans son canton » – Bâgé le Châtel, pour ne pas le nommer – vous découvrirez les affres d’un indien qui crie « chauve qui peut », les agasseries d’une araignée dans un lit… Souvenirs d’enfance, parfum d’un monde de cerisiers, de jeux et de confessionnaux, Dominique Prevel chante aussi l’amour, ses piques et ses envols. Un coktail original et pas prétentieux. (…)

Tout va bien pour Dominique Prevel, et son groupe. Le 14 février dernier, ils étaient au Bataclan à Paris dans le cadre de tournées «transversales » avec le « top des découvertes du Printemps de Bourges ». Un printemps auquel ils participeront à nouveau, le dimanche 2 avril, en catégorie « Music-hall ». Ils auront à faire à forte partie : à la même heure, au Stadium, il y a Renaud à l’affiche. Il n’a plus qu’à bien se tenir…

Source : Le Progrès

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :